LES OLIVIER EN VOYAGES

LES OLIVIER EN VOYAGES

TIZNIT et sa Médina

 

TIZNIT ET SA MEDINA

 

Nous sommes maintenant à Tiznit, ville de près de soixante mille habitants, à l’extrémité de l’Anti-Atlas, grand carrefour  où convergent les routes d’Agadir, Guelmin, Tafraoute et Aglou-plage.

L’aventure c’est l’aventure.
Nous nous sommes aventurés, dans sa Médina entourée de murailles de six kilomètres de long en suivant les indications du Guide vert Michelin.

 

La grande place Almachoar abrite de nombreuses boutiques, disposées sous les arcades  autour de la place.

 

 

 

 

La grande Mosquée

 

L’ancien souk des bijoutiers est intéressant avec moulte bijoux traditionnels et objets souvenirs. Après avoir serpenté dans rues et  ruelles où règne une joyeuse confusion, nous avons recherché la Grande Mosquée, avec son minaret qui a quelque chose de bizarre. Les perches qui le hérissent aux quatre angles, sont là pour que puissent s’y reposer les âmes des trépassés.
Quelques mètres plus loin, la source bleu et sa légende, aménagée en bassin, qui alimente la Médina.

 

Source Bleu !!

 

Après l’achat de pied-nus, fabriqués sur place, que je m’empressais d’enfiler pour les essayer et surprise, j’étais obligé de les garder car mes chaussures avaient rétréci!!

 

Achat direct chez les fabriquants

 

Nous sommes sortis par la porte Bab Targua, comme indiqué par notre Cicéron et nous nous sommes retrouvés dans le désert!! En effet, malgré  une superbe route très large avec des candélabres tout neufs,  personne ne passe! Car tout le monde reste à l’intérieur.
Nous y étions engagés et avions espoirs d’héler un taxi. Pas âme qui vive. Nous étions seuls avec notre chien, qui pendait aux bras de sa maitresse, sous un cagnard  que nous n’avions pas connu depuis nos aventures en tout-terrain.

 

Environ trois kilomètres plus loin, une nouvelle porte pour rentrer dans la Médina, nous sommes sauvés, en plus pas très loin un  petit taxi. Il nous passe sous le nez sans nous voir. Donc nous continuons le long de cet imposante muraille, mais à l‘hombre cette fois.

 

 

 

 

Le repas
Une fois arrivés à l’entrée du camping, question récurrente posée deux fois par jour « Que mangeons nous ? »
N’ayant rien préparé,  malgré les commerçants tout près, mais pas pour l’alimentaire, Nicole a fait  à plus d’un kilomètre pour aller chercher une succulente côte de bœuf pour Diamant, que  je gardais, avec mes chaussures, assis sur un banc, en plein soleil !!
Voyez, ce n’est pas toujours reposant la vie de retraités!!



13/03/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres